Petit retour d’une pêche sur le Tarn en Haute-Garonne d’une nuit lors d’un week-end de mars.

Les températures commencent à être plus clémentes en ce début de mois de mars, et la rivière commence à retrouver son débit habituel après plusieurs crues successives.

Je décide donc de mettre en place un ALT (amorcage long terme). Durant deux semaines tout les jours après le travail je vais amorcer (environ 1 kilo de billes) pour pêcher le week-end du samedi au dimanche.

Pour mon amorcage j’utilise les bouillettes de chez #eightyonebait’s et principalement la aindy’n spice qui est une bille épicée redoutable en eau froide.

Je choisis de pêcher uniquement deux arbres immergés sur la bordure d’en face, connaissant bien le secteur je sais que les carpes y passent.

Le premier week-end après une semaine d’amorçage, les premières touches ne se font pas attendre et je toucherai 3 poissons durant la nuit dont deux poissons de plus de 14 kilos (belle moyenne pour le secteur).


Cela m’encourage à maintenir l’amorçage en place et de revenir la semaine d’après.
J’amorce donc une nouvelle fois tous les jours ces deux arbres immergés durant la semaine.

Je m’installe assez tôt le samedi mais les premières touches se font attendre… Je me doute qu’il y a quelque chose qui « bloque » les carpes. Et en effet sur les coups de 20h30, une première touche. Je ressens direct que ce n’est pas un carpe mais un silure de 1m50. Puis un autre et encore un autre.

Je décide donc de changer de stratégie pour faire rentrer les carpes sur le coup.
J’avais lors de mon arrivée amorcer assez lourdement d’environ 1 kilos de bouillette sur chaque canne. Et environ 400-500 grammes à chaque touches. J’ai donc utilisé juste un petit sac de bouillette coupées en deux et quelques-unes entières en amorçage.

Et durant la nuit 4 carpes rejoindront le tapis.